Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2006

quand je vous dis que la simulation c'est le pied

heyy voui les dernieres news :: la revolution en occie bat son plein !!

une video de terroriste a été transmise a la presse ce qui fait fureur dans les états du sud !!

ça panique je vous dis !! 

hihi moi ça m'amuse ça les met un peu dans le caca ces sales pays du tiers monde qui font leur malin :-) AHAHAHA lol  

cette video met en cause le president sudien :-) il a desuite dis que c'etait une video truquée mais trop tarrddd :-))) lol 

ahahahah !!

a votre avis.. suis je le nouveau gouvernant??

 

"Dépêche de l’A.I.I.

 

La grève décrétée en Occie par le collectif de syndicats a été largement suivie, autant par le secteur privé que le domaine public. Des témoins rapportent des incidents, voire des heurts, entre grévistes et non-grévistes minoritaires. On déplore quelques blessés autour des sites industriels les plus importants.

Conjointement, les universités commençaient à s’agiter. D’importants groupes d’étudiants dans les rues de la capitale occienne ont commencé à construire des barricades, tandis que d’autres manifestaient bruyamment dans les autres villes du pays.

Notre envoyé spécial a rencontré un sociologue occien, afin de se procurer des éclaircissements sur la situation :

A.I.I. : « Les observateurs internationaux ont l’impression d’une vacance du pouvoir. Que font les institutions traditionnellement sensibles à l’ordre que sont la police et l’armée ? »

Notre invité : « La police est totalement débordée par la multitude des foyers insurrectionnels, tandis que l’armée reste médusée. Des décennies de démocratie civile l’ont en effet heureusement privé de toute culture d’intervention intérieure. »

A.I.I. : « Pouvez-vous nous éclairer sur les événements qui secouent actuellement l’Occie ? »

Notre invité : « Dans une société démocratique, la jeunesse demeure le centre d’intérêt des politiques, puisqu’elle porte en elle la continuité nationale. Elle forme ainsi le premier cercle sociétal. Le second cercle regroupe l’immense masse des classes moyennes. Enfin, le troisième et dernier cercle concentrique rassemble les populations les moins aisées et les plus marginales. Traditionnellement, dans la société occienne, la protestation sociale se performe dans le troisième cercle. Mais si le premier cercle, celui des étudiants et plus largement de la jeunesse se joint au conflit protestataire, alors la situation devient beaucoup plus grave. On parle dès lors de contestation politique. Le rôle stabilisateur du second cercle, celui des classes moyennes, est d’isoler par sa masse et son inertie la protestation de la marge de la contestation du centre. C’est ce qu’il était parvenu à réaliser au cours des années soixante, en interdisant l’unification des populations ouvrières et étudiantes en France, certes, mais aussi en Italie, en Allemagne Fédérale, aux Etats-Unis,  au Japon, et également à Prague, bien que ce dernier cas soit un peu différent des autres. Pour que la résistance médiane du cercle central soit vaincue, il existe deux cas de figure :

L’explosion démographique génère une massification de la jeunesse, donc du cercle central qui étouffe, et finit par provoquer l’explosion de la structure concentrique, ouvrant la voix à l’union revendicatrice de la marge et du centre. Mais cette situation concerne surtout les pays émergents.

La crise économique au long court grossit les rangs des populations pauvres de la marge au détriment de la classe moyenne, qui s’affine et perd lentement sa masse isolante. Le troisième cercle dont la pondération s’enfle lentement, conduira là aussi à l’étouffement de la jeunesse et l’implosion de la structure. Dès lors, rien ne s’oppose plus à l’unification contestataire. C’est le cas de l’Occie. Sociologiquement, le phénomène d’implosion se traduit par les sentiments que le système politique conduit inexorablement à la paupérisation, ainsi qu’à la vacuité de l’avenir en ce qui concerne la jeunesse.

Plus généralement, nous nous trouvons face à ce que les pompiers nomment le triangle du feu : Un carburant (la matière enflammable), un comburant (l’oxygène), et une étincelle. S’il manque un élément, l’incendie est impossible. Par contre, s’ils sont réunis, il est irrémédiable. De la même manière, en Occie, nous sommes en présence d’une structure de crise (le déséquilibre des cercles concentriques dont je viens de vous faire part), d’une conjoncture de crise (le sentiment anxiogène de l’insécurité internationale relayée par les média), et d’un événement de crise (les manifestations violentes des périthaliens vivant en Occie). L’incendie socio-politique semble irréversible. »

A.I.I. : « Vous accordez donc, dans ce triangle de crise, une place importante à l’insécurité internationale, qui ne procède pourtant que du ressenti. »

Notre invité : Pas uniquement. Il est possible de lire la réaction de la population occienne comme une réponse à l’hostilité expérimentée du monde. Vous assassinez mes humanitaires, vous manifestez contre moi, vos représentants m’accusent de tous les maux du monde, et vous venez semez le trouble chez moi. Et bien en retour, je vais porter au pouvoir un gouvernement radical qui peut vous détruire avec l’arme nucléaire. Je retrouverai ainsi mon sentiment de sécurité."

 <==== ça veut bien dire que j'ai gagné non?

13:25 Publié dans My Studies | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.