Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2005

La mort ...

JE suis dégouté.. choqué... j'en pleure...
Comment , comment cela peut il arriver? Pourquoi?
Mon Elodie, je ne sais si tu liras cela, si tu savais comme je suis écoeuré, ma naine, je pense a toi, a ta mere... j'ai du mal a taper tellement ça me fait mal..
Le pire, c'est d'en avoir parler ce midi, d'avoir vu la video.. les photos que j'ai ajouté ici même avec innocence..
Mon élodie,je t'aime, je te soutiens..
Madame Dhures,est partie cet aprés-midi..et toi elodie, je n'ai meme pas su quoi dire quand tu m'as appellé..que dire face a ça... elle est partie si brusquement,on ne pouvait pas s'y attendre.. j'en suis meurtri..pour ton pere j'avais pu je pense te reconforter..mais la.. c'est au dessus de mes forces.. j'aimais ta mere..je viens de le dire a mes parents,ils sont vraiment choqués et désolés..
je t'appellerai demain ma petite naine que j'aime...tu sais que je pense a toi et que meme si je ne sais pas ce que ça fait,que je te soutiens et te soutiendrai du mieux que je peux..toutes mes condoléances.. en ce jour ..je me sens impuissant mon élodie, j'espere que tu ne m'en tiendra pas rigueur .. tu sais que tu peux compter sur moi.
l'article paru dans les nouvelles calédoniennes du samedi 10 decembre :
Nouvelle-Calédonie / Faits Divers


Mort suspecte d’une femme au bord de l’eau à Pouembout

Une femme de 49 ans est morte au CHT Gaston-Bourret, hier matin, après avoir été retrouvée grièvement blessée, la veille, au bord de la rivière Pouembout. Les circonstances exactes de cette mort suspecte restent à élucider.

Les gendarmes se refusaient, hier soir, à privilégier une quelconque thèse dans cette affaire qui a suscité une énorme émotion dans la petite commune de Pouembout. Mais on sait qu’ils mènent, sur instruction du parquet, une enquête de flagrance pour homicide.
Marie-France Soewarto, veuve Dhures, avait été amenée la veille, vers 16 heures, au dispensaire de Koné, en hypothermie et en état de choc, les vêtements trempés. Transférée au CHT Gaston-Bourret dans les heures suivantes, elle est décédée dans le courant de la nuit.
Cette habitante de Pouembout était partie à la pêche, seule, du côté de Creek Salé où elle avait l’habitude de se rendre.

Blessée à la tête

Vers 15h30, un témoin a alerté la gendarmerie qu’il venait de sortir la victime, apparemment inconsciente, de son véhicule qui était en train de prendre feu. Le jeune homme s’est rendu au premier domicile du voisinage pour informer les secours avant de revenir avec un extincteur éteindre le feu.
« J’étais à la pêche aux crabes », explique Régis Orcan. « En revenant sur la berge, j’ai aperçu de la fumée qui provenait d’une voiture à quelques centaines de mètres. Je me suis approché, elle était à l’intérieur et je l’ai sortie de là, avant de prévenir les secours. Elle avait une grosse ecchymose près de l’œil et était à moitié inconsciente. Je l’ai sortie de là et traînée sur une trentaine de mètres pour la mettre à l’abri d’une possible explosion. Le mec qui lui a fait ça est vraiment un malade ! »
Dans l’attente des résultats de l’autopsie, les gendarmes de la brigade de Koné se refusent à tout commentaire. Si toutes les hypothèses restent ouvertes, il n’en demeure pas moins que les premières constatations donnent à penser que la victime aurait succombé à des coups portés à la tête.
Marie-France Soewarto était revenue vivre à Pouembout au début de l’année 2005, à la suite du décès de son mari, un officier de gendarmerie qui avait été le patron de la brigade territoriale de Pont-des-Français au Mont-Dore. Elle était la mère de trois filles dont l’une est professeur à l’ALP de Koné, tandis qu’une autre vit en Métropole.
Très discrète, elle allait régulièrement pêcher seule à Creek Salé.
Dernièrement, sa sœur lui avait déconseillé ces sorties solitaires. Elle n’a malheureusement pas été entendue.

J.-L.D. et Ph.F.

19:25 Publié dans My Life | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.